Vue d’ensemble

Les données pédologiques sont un préalable à toute mesure de protection des sols. Pour différents secteurs et spécialités comme l’environnement, l’agriculture et la sylviculture, l’économie des eaux, la protection des eaux ou l’aménagement du territoire, elles font en outre partie intégrante de la planification. Il faut aussi des informations pédologiques fiables pour faire face aux défis futurs tels que la pénurie de terres, la sécurité alimentaire, les changements climatiques, la perte de biodiversité ou la dégradation des sols.

En Suisse, la Station de recherches agronomiques de Zurich-Reckenholz (anciennement FAP, aujourd’hui Agroscope) s’est mise à cartographier les sols dès la fin des années 50, recueillant de précieuses informations. Pour l’heure, nombre de ces données n’existent que sur papier (données analogiques) et doivent encore être numérisées avant d’être mises à disposition pour les applications les plus diverses. Cela représente un travail de longue haleine, mais exceptionnel.

 bodendaten bodenfunktion fr

Traiter ces données n’est pas une tâche facile, car depuis les tout premiers travaux de cartographie des sols en Suisse, les clés de chiffrement et les méthodes n’ont cessé de varier selon les relevés. Les données recueillies à des époques différentes ne peuvent donc pas être comparées directement. On mise alors sur des solutions de traitement flexibles et une intégration finale des données dans le Système national d’information pédologique NABODAT. Le traitement des données analogiques (fiches de profil sur papier) comporte les étapes suivantes : numérisation, transcription/harmonisation et assurance-qualité, décrites en détail dans les rapports des projets IS-CH de la SSP (  IS-CH). Ce processus impliquant généralement de nombreux acteurs, il importe d’en structurer clairement toutes les étapes.